D.E.M.E Diplôme d’Etat de Moniteur Educateur

  • Accueil
  • Nos formations
  • D.E.M.E Diplôme d’Etat de Moniteur Educateur
Le D.E.M.E. en bref
Télécharger la plaquette
 
Le moniteur-éducateur participe à l’action éducative, à l’animation et à l’organisation de la vie quotidienne de personnes en difficulté ou en situation de handicap, en vue de développer ou maintenir leurs capacités de socialisation, d’autonomie, d’intégration et d’insertion. 
 
Agrément du GRIMES : Le GRIMES est habilité depuis 2014 à dispenser  la formation préparant au Diplôme d’Etat de Moniteur Educateur (Déclaration préalable enregistrée le 27 mai 2014 par la DRJSCS de Bretagne).
Durée de la formation : 20 mois.
Calendrier : 
Formation : septembre 2018 à juin 2020.
Epreuves de sélection : Ecrit le 21 juin - Oral  entre fin juin et début juillet 2018
Réunions d'information : 20 mars 2018. 
Inscription : Dossiers d'inscriptions disponibles en ligne ou auprès du secrétariat du GRIMES.
Coût de la formation : Dans le cadre de la formation continue : 12 827,50 €.
Coût des épreuves de sélection :
Epreuve écrite d’admissibilité : 90 €.
Epreuve orale de sélection : 110 €.
Frais d'inscription : 22 €.

 

Le métier
Le moniteur-éducateur participe à l’action éducative, à l’animation et à l’organisation de la vie quotidienne de personnes en difficulté ou en situation de handicap, en vue de développer ou maintenir leurs capacités de socialisation, d’autonomie, d’intégration et d’insertion.
Il contribue à créer les conditions pour que les publics qu’il accompagne aient les moyens d’être acteurs de leur développement. Il aide à renforcer les liens sociaux et les solidarités dans les lieux de vie où il exerce.
Il assure une relation éducative au sein d’espaces collectifs et favorise l’accès aux ressources de l’environnement extérieur (sportives, culturelles, citoyennes...). Il peut ainsi mettre en place et encadrer des médiations éducatives et des activités de soutien scolaire, d’insertion professionnelle ou de loisirs.
Le moniteur éducateur intervient au sein d’équipes pluri-professionnelles. Il participe à la mise en œuvre et au suivi au quotidien de projets personnalisés ou adaptés auprès des publics accompagnés. Les actes de la vie quotidienne sont un support essentiel à son intervention.
 
Le moniteur éducateur intervient auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes présentant des déficiences sensorielles, physiques ou psychiques ou des troubles du comportement ou en difficulté d’insertion.
 
Le moniteur éducateur intervient dans les institutions du secteur du handicap, de la protection de l’enfance, de la santé et de l’insertion sociale assurant une prise en charge collective des publics. Il est employé par les collectivités territoriales, la fonction publique et des associations et structures privées.
Contenu de la formation
La formation préparant au Diplôme d’Etat de Moniteur Educateur est régie par le décret 2007- 898 du 15 mai 2007 et l’arrêté du 20 juin 2007. 
 
Ces textes font état des compétences professionnelles attendues pour exercer les fonctions et les activités de Moniteur Educateur, telles que définies dans l’annexe « Référentiel de Formation » du présent arrêté. Les compétences attendues se déclinent en 4 Domaines de Formation spécifiques :
 
  • DF1 (400 h) : Accompagnement social et éducatif spécialisé.
  • DF2 (300 h) : Participation à l’élaboration et à la conduite du projet éducatif spécialisé.
  • DF3 (125 h) : Travail en équipe pluri professionnelle.
  • DF4 ( 125 h) : Implication dans les dynamiques institutionnelles.
Ces compétences vont se construire en s’étayant de connaissances, de pratiques, de méthodologies et sont-elles mêmes réparties dans 4 grands domaines de compétences :
 
Connaître la personne aidée :
 
Il s’agit de comprendre la personne à travers son développement normal et son inscription dans un environnement social donné, mais également de connaître et comprendre les situations de handicap, les problématiques sociales à travers des connaissances médicales, psychologiques, sociologiques, culturelles, etc. 
Ce premier domaine amène à intégrer des notions issues des sciences humaines. Ce champ est abordé principalement dans le DF1 et fait partie des premiers apports de la formation. La dimension sociale est approfondie en seconde année au regard des expériences vécues en stage, une fois que les éléments de bases sont bien appropriés.
 
Mener une action éducative au quotidien : 
 
Il s’agit d’inscrire le travail du moniteur éducateur dans le quotidien, resituer le professionnel comme organisateur du quotidien en travaillant les questions  de la pédagogie du quotidien, de l’éducatif dans le quotidien, de la gestion des temps fort du quotidien (lever, repas, coucher, loisirs, etc.) ainsi que la prise en compte des individualités et du groupe. Ce point fort amène aussi à réfléchir sur la notion de relation d’aide et d’accompagnement éducatif. Ce domaine est central dans le métier et dans la formation de moniteur éducateur. Il est néanmoins particulièrement approfondi à partir du premier stage pour une véritable articulation entre la théorie et la pratique qui se nourriront mutuellement. Ce domaine relève principalement du DF1.
 
Mettre en œuvre le projet dans l’action éducative :
 
Concept fort dans les politiques sociales, la démarche de projet nécessite d’être abordée dans tous ses aspects, que ce soit d’un point de vue réglementaire, méthodologique, opérationnel mais aussi éthique. La question du projet est abordée tout au long de la formation, à partir de différents niveaux : dès l’entrée en formation, un projet de formation puis un projet de stage sont demandés aux stagiaires. D’autres temps pédagogiques permettent de tester et d’éprouver toutes les étapes de la démarche de projet. Les périodes de stage sont également des temps propices à la compréhension des différents projets et leur articulation dans les institutions. Ce domaine est référé au DF2.
 
Inscrire son activité professionnelle de moniteur éducateur dans un cadre institutionnel et réglementaire :
 
Il s’agit, pour le moniteur éducateur de situer son intervention dans le cadre large des politiques sociales, et de comprendre sa place aux différents niveaux de l’action sociale, du plus large (les politiques nationales, voire européennes) au plus « local » (territorial et institutionnel). Il s’agit également de comprendre le travail en équipe pluridisciplinaire dans le cadre d’un projet d’établissement et là encore, les stages sont l’occasion d’une réflexion approfondie sur ces questions. Ce domaine est référé aux DF3 et DF4.
Ces différents domaines de compétences seront mobilisés grâce à des savoirs théoriques et à des savoir-faire, sur le terrain, mais aussi lors de cours, de conférences, de travaux dirigés ou de temps d’échanges. Ces dispositions pédagogiques permettent l’appropriation d’outils, de concepts, de notions indispensables à la construction d’une pensée personnelle et d’un positionnement professionnel.

 

Organisation de la formation
L’acquisition des compétences indispensables à la fonction de Moniteur Educateur se fait  au cours d’une formation qui se déroule en 20 mois :
  • 950 heures d’enseignement théorique réparties en 4 Domaines de Formation 
  • 980 heures de formation pratique se déclinant en 2 stages sur Site Qualifiant du secteur social et médico-social. 
Cette démarche de professionnalisation s’engage donc autant dans un parcours en centre de formation que sur des terrains professionnels qualifiants.
La construction de cette formation permet de s’inscrire dans les différentes voies d’accès possible : en formation initiale (voie directe), cours d’emploi ou apprentissage.
 
Une formation fondée sur le principe de l’alternance :
 
L’alternance s’organise autour d’une interaction constante entre le milieu professionnel qui contribue à faire acquérir au stagiaire les savoir-faire et les références d’une culture propre au métier et le centre de formation chargé d’éclairer et de mettre en perspective des problématiques provenant du terrain grâce à des modalités pédagogiques favorisant la réflexion et l’appropriation de compétences professionnelles (apports théoriques, échanges en groupe, analyse des pratiques, formalisation de la réflexion par l’écrit…). Pour cette raison, les périodes de stage sont entrecoupées de semaines de regroupement. 
 
 
Un parcours de formation séquencé :
 
Chaque semestre est organisé selon une progression pédagogique définie :
  • Semestre 1 (1ère année de septembre à janvier) :
Les principaux axes de travail : 
  • Approche des institutions et des différents publics, 
  • Repérages juridiques et économiques, 
  • Familiarisation avec la culture et l’environnement professionnel  
  • Découverte et utilisation des outils du terrain 
Cette première période est prévue, entre autre, pour s’outiller et amorcer une réflexion préalable au départ en stage.
  • Semestre 2 (1ère année de février à juin) :
 
Fondé sur l’alternance, le planning des semaines de regroupement est construit avec le souci de la prise en compte des questions venant du vécu de stage : 
  • Groupes de référence (Accompagnement à la professionnalisation) 
  • Analyse de la pratique 
  • Approche théorique (Philosophique, pédagogique, psychologique, sociologique ou juridique) en lien avec les expériences pratiques 
     
  • Semestre 3 (2ème année de septembre à janvier) et semestre 4 (2ème année de février à juin) :
 
Le 3ème semestre reste sur la logique de l’alternance intégrative avec une place importante accordée aux formateurs de terrain dans l’élaboration de la réflexion des stagiaires.
L’identité professionnelle s’élabore grâce notamment à la mise en place d’un projet d’accompagnement éducatif.
Un large temps de retour sur l’expérience est prévu plus particulièrement lors du 4ème semestre.
 
Les allègements :
 
Certains parcours peuvent faire l’objet d’allègements et/ou de dispenses, au regard de l’arrêté du 18 octobre 2012 relatif au diplôme de moniteur éducateur : Annexe IV- Tableau d’allègement et de dispenses de domaines de formation. 
Certification
La formation est sanctionnée par le D.E.M.E (Diplôme d’Etat de Moniteur-Educateur), délivré par le Ministère de l’Education Nationale. Chaque Domaine de Formation fait l’objet d’une certification particulière organisée par le centre de formation ou par le rectorat. Elle permet de valider ou non l’acquisition des compétences professionnelles attendues. Le DEME est délivré une fois que chacun des 4 Domaines de Compétences est validé :
 
2 épreuves pour le DC1 :
  • Présentation et soutenance orale d’une note de réflexion, permettant d’évaluer les capacités de réflexion du candidat sur l’accompagnement éducatif et social. Cette épreuve est organisée par le rectorat en centre d’examen.
  • Evaluation par le site de stage des capacités du candidat à conduire des activités à destination d’un groupe sur la base des indicateurs des compétences « Animer la vie quotidienne de l’établissement ou du service » et « Concevoir et mener des activités de groupe ».
1 épreuve pour le DC2 :
  • Entretien avec 2 membres du jury qui porte sur l’expérience de stage à partir du dossier de stages comprenant les projets de stages du candidat, les évaluations des stages réalisées par les terrains de stage, le compte rendu de la visite de stage et un écrit du candidat pour chaque stage rendant compte de sa participation à la mise en œuvre du projet éducatif.
  • Cette épreuve doit permettre de déterminer si le candidat a su construire au cours de sa formation un positionnement professionnel. Elle est organisée par le rectorat en centre d’examen.
2 épreuves pour le DC3 :
  • Entretien à partir d’un dossier thématique, élaboré par le candidat, se rapportant à un domaine professionnel abordé sous divers angles. Cette épreuve permet d’évaluer les capacités du candidat à réunir des informations pertinentes sur un domaine professionnel donné et à les mettre en forme. Cette épreuve est organisée par le rectorat en centre d’examen.
  • Evaluations par un site de stage des capacités du candidat à travailler en équipe pluri professionnelle sur la base des indicateurs de la compétence « s’inscrire dans un travail d’équipe ».
 
2 épreuves pour le DC4 :
  • Etude d’une situation proposée au candidat, relative aux politiques sociales et aux cadres juridiques et institutionnels (20 lignes maxi). Cette épreuve est organisée par le rectorat en centre d’examen.
  • Evaluation d’un écrit sur le repérage du cadre institutionnel et la position du ME par rapport aux missions de l’institution à partir d’une expérience de terrain (stage ou exercice professionnel). Cette épreuve est organisée en cours de formation par le centre de formation.
Télécharger le référentiel de certification
le référentiel de certification
Accès à la formation
Conformément à l’article D. 451-74. du décret du 2007- 898 du 15 mai 2007 et l’article 2 de l’arrêté du 20 juin 2007 relatif à la formation des moniteurs éducateurs, et conformément à l’article R. 451-2 du code de l’action sociale et des familles ce présent règlement précise les modalités des épreuves d’admission à la formation préparant au Diplôme de Moniteur Educateur ainsi que la durée de validité de la sélection. 
 
Les conditions d’admission :
 
La formation est accessible en situation d’emploi ou en voie directe et en formation complémentaire à la validation des acquis de l’expérience (V.A.E.), sans condition d’âge.
 
Les candidats ayant une validation partielle prononcée par un jury de validation des acquis de l’expérience  sont dispensés des épreuves d’admissions. Toutefois, pour ces candidats post VAE, un entretien avec un responsable pédagogique de l’établissement sera organisé afin de déterminer un programme individualisé de formation ainsi que leur aptitude à s’inscrire dans le projet pédagogique de l’établissement de formation.
 
Les modalités des épreuves d’admission :
 
Les épreuves de sélection s’organisent en deux parties :
  • une épreuve écrite d’admissibilité (3h30) : analyse et commentaire de texte
  • une épreuve orale d’admission (1h30 + 30 min) : réalisation collective + entretien individuel
 
Conformément à l’article 2 de l’arrêté du 20 juin 2007, sont dispensés de l'épreuve écrite d’admissibilité les candidats titulaires soit :
  • d’un diplôme, certificat ou titre homologué ou inscrit au répertoire national des certifications professionnelles au moins au niveau IV
  • du baccalauréat ou d’un diplôme européen ou étranger réglementairement admis en dispense du baccalauréat
  • d’au moins un des diplômes suivants :
  • Diplôme d’Etat de Technicien de l’Intervention Sociale et Familial
  • Baccalauréat Professionnel Services de Proximité et vie locale
  • Baccalauréat professionnel services en milieu rural
  • BEATEP spécialité activité sociale et vie locale
  • BP JEPS animation sociale
  • Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Vie sociale
  • Mention Complémentaire Aide à Domicile
  • Diplôme d’Etat d’Assistant Familial
  • Diplôme d’Etat d’Aide Médico Psychologique
  • Titre Professionnel de Technicien de Médiation Service
 
Ces candidats se présentent directement aux épreuves orales d’admission.
 
La procédure d’admission :
 
A l’issue des épreuves la commission d’admission du Centre de Formation se réunit. Elle est composée au minimum du directeur ou de son représentant, du responsable de la formation ME et d’un professionnel, cadre d’un établissement ou service médico-social. Elle établit la liste des candidats déclarés admis dans la limite des capacités d’accueil de l’établissement de formation.
Ne peuvent être déclarés aptes à entrer en formation que les personnes ayant obtenu une moyenne de 20/40 à l’ensemble des épreuves d’admission.
 
Télécharger le règlement d'admission
Financement
Selon le cas, des financements et des modalités de prise en charge de la formation différents sont à envisager : CIF (Congé Individuel de Formation), CDI ou CDD, Contrat de professionnalisation, Emploi d’Avenir, Période de Professionnalisation, Plan de formation, Dispositif de reconversion professionnelle, CFP (Congé de Formation Professionnelle), CUI (Contrat Unique d’Insertion), CAE (Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi), CPF (Compte personnel de Formation).
 
Chaque possibilité répond à des conditions particulières. Se renseigner auprès du GR.I.M.E.S.